Morts au bout de l’Arabie

 

Réalité romancée ou fiction réaliste ? Assurément un peux des deux, car le secret qui entoura la vérité sur les événements meurtriers du Yémen des années soixante-dix, libéra du même coup une imagination à la hauteur des arcanes du nouveau pouvoir. Ce qui est certain ? Qu'un chef de l'État yéménite fut mystérieusement assassiné avec quelques-uns de ses amis dans une résidence privée, et que deux jeunes femmes, que l'on disait mannequins, furent retrouvées mortes et dénudées du côté de l'antique royaume de Saba. Ce qui est non moins certain ? La supposition par des journalistes au lendemain des événements, que ces derniers étaient liés. Fantésiste ou fondée, cette supposition plus à Olivier Otmakov : quel rapport pourrait-on bien échafauder entre la mort d'un président d'une Arabie qu'on disait heureuse et qui ne rêvait que d'unir en un « Grand Yémen » les régimes islamique du Nord et marxiste du Sud, et la mort de deux jeunes Françaises avides d'émancipation ?Pour le néophyte aucun, et pourtant au travers de la connaissance de ce pays, dont l'auteur aime d'ailleurs décrire la beauté mystique, on découvre dans ces lignes, la tragique aventure de Laure, Lisa, Amine et les autres…